LA SECONDE ENTRÉE

| Bienvenue | Plan | Message | Entrée 2 | Galerie | Magasins | Ch. funéraire | Couloir | Conduits | Squatte | Revenir en arrière |

MON AMBITION

Rappeler l'excellente suggestion de G.DORMION et J.P GOIDIN et suggérer un mécanisme mieux adapté.

AVANT-PROPOS
ÉTAT ACTUEL

L'entrée de la pyramide est protégée par:
1° une double couverture à chevrons (1),
2° deux énormes linteaux (3) dont un est crénelé,
3° et trois épaisses dalles en calcaire (4).

En 1986, les architectes français G.Dormion et J.P.Goidin observent que cette débauche d'efforts est inutile puisque un simple linteau (5) de un mètre d'épaisseur suffit.

Enfin, ils observent que la surface d'appui des chevrons (2) se prolonge bien au-delà du groupe actuellement en place, suffisamment pour recevoir 6 autres chevrons ou groupes de chevrons.

L'HYPOTHÈSE DES DEUX ARCHITECTES

Ils suggèrent la présence d'une antichambre destinée à abriter le mécanisme de fermeture d'un second couloir secret horizontal.

Le mécanisme serait constitué de 3 dalles, suspendues provisoirement par des cordages à trois grosses poutres maintenues par le linteau crénelé

Avant la mise en place des dalles de fermeture, on accéderait au couloir secret selon le cheminement matérialisé par la flèche rouge.

ANALYSE DE CETTE HYPOTHÈSE

Je suis totalement convaincu de la présence d'une antichambre destinée à abriter le mécanisme de fermeture d'un second couloir secret horizontal.

Par contre, je pense que le mécanisme que les architectes suggèrent n'est pas celui qui fût conçut à l'origine par le constructeur.
Il est représenté ici en position initiale. Il met en évidence la difficulté, pour ne pas dire l'impossibilité, de manoeuvrer les dalles.

Je pense que les dalles qui sont actuellement en place correspondent à une intervention ou une réparation tardive (du 11° siècle ou plus), effectuée par les carriers arabes. Il ont probablement découvert le couloir secret en arrachant le revêtement, y ont caché quelque chose et l'ont refermé en utilisant des dalles récupérées parmi les débris.


MON HYPOTHÈSE

DESCRIPTION

Phase initiale:
Cinq linteaux mobiles trapézoïdaux sont suspendus aux poutres.
Un linteau mobile est posé sur les banquettes (en bas). Il reçoit un plancher provisoire en bois qui permet l'accès au couloir secret.

Phase finale:
Guidé par les banquettes latérales, le linteau du bas est d'abord tiré vers l'entrée.
Les cinq linteaux mobiles sont ensuite descendus les uns après les autres et comblent l'espace libéré par celui qui a été déplacé précédemment.
Enfin, une porte mobile (signalée par Strabon) est fermée par pivotement.
Elle permet l'accès à la chambre souterraine après la fermeture du tombeau.

Commentaires:
Ainsi conçu, contrairement à la reconstitution des architectes, la manoeuvre des linteaux est aisée et l'entrée du couloir secret totalement indécelable.
Les trois premiers linteaux trapézoïdaux de gauche sont probablement encore en place.

RÔLE DU COULOIR SECRET

1° Le couloir secret (en bleu) permet sans doute l'accès au couloir ascendant en amont des bouchons en granit (en jaune). En deux endroits, la hauteur du couloir est inférieure de quelques millimètres à celle des bouchons, suffisamment pour interdire tout déplacement de ces derniers. La position actuelle des bouchons est obligatoirement celle qu'ils ont toujours occupé, et un accès en amont de ceux-ci est nécessaire pour parvenir aux chambres supérieures.
2° Le couloir secret traverse probablement le couloir ascendant et se prolonge au-delà de celui-ci vers une chambre qui n'est pas totalement inconnue, puisqu'il s'agit de la "grotte".

Pour des raisons qui m'échappent, la "grotte" n'a jamais été dégagée du mortier qui l'encombre. C'est regrettable, car je pense qu'on y trouvera la tombe d'un pharaon de la 20° dynastie qui a squatté la pyramide.

Sommaire
| Bienvenue | Plan | Message | Entrée 2 | Galerie | Magasins | Ch. funéraire | Couloir | Conduits | Squatte | Revenir en arrière |