CHRONOLOGIE

| Bienvenue | Sommaire | Chronologie | Dynasties 1 à 6 | Revenir en arrière |
MON AMBITION

Proposer une idée qui permet de concilier deux sources chronologiques apparemment contradictoires, celles du papyrus de Turin et celles de Manéthon.
Le principe est simple:
- Le papyrus de Turin indique le temps qui sépare le début de deux règnes successifs sans tenir compte de la durée de chaque règne.
- Manéthon indique la durée de chaque règne sans préciser le temps qui sépare chacun d'eux

Ces deux sources seraient donc complémentaires et indissociables

INTRODUCTION

Au début du troisième siècle avant l'ère chrétienne, Ptolémée Soter - premier roi de la 33° dynastie - rassemble à Alexandrie 200.000 rouleaux de papyrus glanés parmi les archives des temples. Deux siècles plus tard, la bibliothèque ainsi créée est riche de 700.000 livres grâce à sa fusion avec celle de Pergame par Marc-Antoine.
Mais, le 22 décembre 640 de notre ère, le général arabe Amrou Ben-Al-As incendie l'édifice après avoir distribué son contenu comme combustible pour le chauffage des termes.
En six mois, délais nécessaire à la consommation des 4 000 bains, plusieurs millénaires d'art, de science, de tradition et d'histoire sont anéantis.
Cet inqualifiable acte de malveillance est à l'origine des difficultés rencontrées par les historiens pour reconstituer la liste des rois qui se sont succédés sur le trône d'Egypte.
Fort heureusement, quelques documents ont survécu au désastre:

LES DOCUMENTS DE REFERENCE:
LES LISTES DE SAKKARAH ET D'ABYDOS

Ce sont deux importantes listes de cartouches royaux gravées, au début de la 19° dynastie, sur les murs des temples de ces deux villes.
Elles nous renseignent partiellement sur l'ordre de succession des rois de la période considérée mais ne fournissent pas d'indications chiffrées..

LE PAPYRUS DE TURIN

C'est une liste chronologique complète rédigée en hiératique (forme cursive de l'alphabet hiéroglyphique) à la fin de la 17° dynastie qui, fournit de précieux renseignements chiffrés. Malheureusement, lors de sa découverte, ce document est tombé en morceaux et, de ce fait, il n'est pas certain que les rares éléments récupérables aient été assemblés correctement.

LES LISTES DE MANETHON

Ptolémée 1°, que nous avons déja cité, confie à Manéthon (un prêtre égyptien qui avait accès aux archives des temples) la mission de traduire en grec l'histoire ainsi que les coutumes du peuple égyptien et de rédiger la liste chronologique des rois qui ont régné jusqu'à l'époque où il vivait. Bien entendu, cet inestimable document, constitué de trente livres, subit le même sort que les autres archives. Mais à différentes époques, plusieurs auteurs tels que Africanus, Eusébe ou Josephe en ont fait des copies plus ou moins fidèles, en ont extrait des passages ou encore, ont établi des listes qui sont heureusement parvenues jusqu'à nous.
Bien que ces différentes listes de noms soient incomplètes, qu'elles présentent des orthographes variables ou des prononciations différentes de celles qui sont admises aujourd'hui, leur exploitation ne pose pas de difficulté majeure. Il en va tout autrement des données chiffrées car elles sont apparemment très contradictoires.

LES BIOGRAPHIES

Gravées sur les murs des temples, elles content et datent les actes royaux qui sont susceptibles de favoriser la protection des dieux. Il est parfois difficile de les interpréter, car les égyptiens ne dataient pas les événements à partir d'une année conventionnelle (comme nous le faisons aujourd'hui avec celle de la naissance du Christ) mais à partir de la date d'intronisation, souvent ignorée, du roi concerné.

COMMENTAIRES

Les historiens ont longtemps situé le règne de Ménès (le premier roi de la première dynastie) environ 3400 ans av.J.C et celui de Khoufou ( Chéops ) autour de - 2800. Ils considèrent, aujourd'hui, que ces estimations sont excessives et qu'il convient d'adopter respectivement - 3000 et - 2600. Mais une récente datation au carbone 14 des monuments de l'ancien empire, basée sur l'analyse du charbon de bois contenu dans les plâtres et réalisée à l'aide des techniques les plus modernes, remet tout en question. Elle conclue, notamment, que la période de construction de la "grande pyramide" se situe autour de - 3025 ( + ou - 150 ans ).
Il existe un point commun entre toutes les reconstitutions qui se réfèrent à l'étude des archives: Elles font peu de cas des indications de Manéthon. Pourtant, les données qu'il fourni à propos des dernières dynasties se révèlent tout à fait exactes et cela prouve qu'il a copié rigoureusement les documents officiels auxquels il se référait. En conséquence, j'estime qu'il convient de traiter les données de Manéthon et du papyrus de Turin avec le même respect.
En fait, nous allons voir que les divergences entre ces deux sources ne sont qu'apparentes.
Elles ont plusieurs causes:

LES COREGENCES

Une coutume (pas toujours respectée) imposait au roi qui atteignait l'âge de soixante-dix ans, d'associer son successeur à la gestion du royaume. La "corégence" est la période au cours de laquelle deux individus règnent simultanément.
Exemple:

Le 1° roi règne seul pendant:

10 ans

Règne du 1° roi

Les 2 rois règnent ensemble (corégence) pendant:

3 ans

Règne du 2° roi

Le 2° roi règne seul pendant:

15 ans

Pour indiquer les durées de règne des souverains, les auteurs qui ont compilés Manéthon ont le choix entre:

pour le premier:

10 ans ou 13 ans

(10 ans + 3 ans)

et pour le second:

15 ans ou 18 ans

(15 ans + 3 ans)

Africanus inclue généralement la période de corégence au règne du premier roi alors qu'Eusèbe la fait plutôt apparaître dans celui du second. Cependant, cela ne constitue pas une règle absolue, notamment lorsque le second roi atteint aussi l'âge limite.
Par contre le rédacteur du papyrus de Turin cite toujours le temps écoulé entre chaque début de règne, qu'il s'agisse d'une succession directe (décès du prédécesseur) ou d'une corégence.

Ce principe sera appliqué de façon similaire pour les cas suivants.

LES DYNASTIES PARALLÈLES

Au cours des siècles, le territoire égyptien s'est profondément modifié. Des accord politiques, des invasions, des intérêts particuliers ou des coups d'états (pour ne citer que les raisons les plus fréquentes) sont à l'origine de l'apparition de plusieurs lignées royales qui gouvernent, à peu près à la même époque, une zone spécifique du territoire.

DYNASTIE UNIQUE A LIGNÉES PARALLÈLES

Elles présentent la même configuration que le cas évoqué précédemment mais s'en distinguent par le fait que les différentes lignées appartiennent à la même dynastie, probablement à cause des liens familiaux ou ethniques qui unissent les différents souverains.

| Bienvenue | Sommaire | Chronologie | Dynasties 1 à 6 | Revenir en arrière |
Sommaire